Qu’est-ce qu’un docétaxel dans le cancer de la prostate hormono-sensible ?

Publié le : 17 novembre 20225 mins de lecture

Si un patient atteint d’un cancer de la prostate hormono-sensible est apte à recevoir une chimiothérapie, il doit être traité par privation androgénique plus docétaxel de manière standard.

A. Qu’est-ce que le cancer de prostate ?

Le cancer de la prostate reste la deuxième cause de décès chez les hommes. Au stade initial, il s’agit d’une maladie tumorale essentiellement localisée, qui se métastase par la suite, devient résistante à la testostérone et conduit finalement au décès du patient.

Dans le cas du cancer de la prostate hormono-sensible : CPH métastatique précoce, la thérapie de privation d’androgènes : ADT a longtemps été considérée comme la seule norme palliative. 

Cependant, de nouvelles études montrent maintenant que les patients éligibles à la chimiothérapie bénéficient de manière significative de l’association de la SA et de la chimiothérapie, par exemple le docétaxel, même dans cette phase tumorale précoce. 

La ligne directrice S3 actuelle de la société recommande : La chimiothérapie en plus de la privation androgénique.

 Cette ligne directrice recommande de proposer aux patients en bon état général : ECOG 0-1 présentant un carcinome de la prostate métastatique : M1, hormono-sensible, une chimiothérapie par docétaxel ou une thérapie anti-hormonale complémentaire par abiratérone : Plus prednisone ou prednisolone en plus de la privation androgénique.

1. Quelles études soutiennent la recommandation de la ligne directrice ?

La raison en est les données extrêmement positives des études Chaarted et Stampede.

L’étude Chaarted a notamment montré la supériorité de l’association ADT et docetaxel dans le traitement du mHSPC : M1.

L’association avec la chimiothérapie a permis aux patients traités de bénéficier d’une survie globale supérieure de 13,6 mois. 

Cet avantage était si convaincant que le traitement par docétaxel en plus de l’ADT dans le cadre du mHSPC est la nouvelle norme dans la directive S3. 

Des résultats très similaires ont été obtenus dans l’étude Stampede, qui est une étude à plusieurs bras qui compare en permanence l’impact des régimes de traitement actuellement disponibles.

Les données relatives à la chimiothérapie à base de docétaxel associée à la SAA ont également montré un gain d’environ 15 mois pour les patients atteints de CCSPM par rapport à la SAA seule.

2. Problèmes liés au docétaxel et alternatives

Un problème majeur dans la thérapie du carcinome de la prostate se pose chez les patients à haut risque/à haut volume, c’est-à-dire ceux qui souffrent d’une tumeur agressive et/ou d’une charge tumorale importante. 

Dans ces cas, le docétaxel n’est malheureusement pas toujours suffisamment efficace, bien que la majorité de ces patients connaissent une amélioration de leur qualité de vie dans les trois mois. Néanmoins, jusqu’à 20 % d’entre eux meurent dans les 24 mois.

 Alors que proposer à ces hommes lorsque le docetaxel ou ADT échoue et qu’il y a une augmentation du PSA : = progression biochimique ? Dans les situations à haut risque ou volume élevé, il est possible d’administrer au patient de l’abiratérone, qui soutient le traitement anti-hormonal et maintient ainsi la valeur du PSA à un niveau bas. 

L’abiratérone présente également un bénéfice identique à celui du docétaxel en termes de survie globale du patient et est donc également approuvée pour le traitement de première ligne du mHSPC. 

Cependant, en raison de son effet positif sur tous les sous-groupes de patients, l’abiratérone est particulièrement indiquée chez les patients à haut risque à haut volume. 

Il est important de ne pas oublier l’administration parallèle de prednisone protectrice, car l’abiratérone comporte un risque plus élevé d’hypertension et d’hypokaliémie.

3. Conclusion

Sur la base de données convaincantes montrant une augmentation de la survie globale dans le cas du mHSPC allant jusqu’à 15 mois, l’actuelle ligne directrice S3 : Cancer de la prostate recommande l’utilisation de six cycles de docetaxel ADT comme traitement standard chez les patients éligibles à la chimiothérapie. 

L’abiratérone, tout aussi efficace, peut également être utilisée, en particulier dans les situations à haut risque et à haut volume.